Afficher le Menu HorizontalRefermer le menu
Diaporama publicitaire 1 diapo 1Diaporama publicitaire 1 diapo 1
Diaporama publicitaire 1 diapo 2Diaporama publicitaire 1 diapo 2
Diaporama publicitaire 1 diapo 3Diaporama publicitaire 1 diapo 3

Sur le plan sociologique, l'État est un ensemble de personnes vivant sur un territoire déterminé et soumis à un gouvernement donné.

jQuery Slider

Le gouvernement

est une institution qui exerce le pouvoir exécutif au sein d'une entité politique. Dans un régime parlementaire tel que celui de la France, le gouvernement est responsable politiquement devant le Parlement (l'Assemblée nationale et le Sénat). Le gouvernement décide et entreprend les actions nécessaires à la conduite de l'État.

accueil

Puissance ou force publique

Max Weber, dans Économie et société8, entend par État « une entreprise politique à caractère institutionnel lorsque et tant que sa direction administrative revendique avec succès, dans l’application de ses règlements, le monopole de la contrainte physique légitime sur un territoire donné. » 

Pour Weber donc, une entreprise politique à caractère institutionnel ne peut être un État que pour autant que sa structure administrative réussit à être la seule, directement ou par délégation (délégation de service public, externalisation9), à faire respecter les lois à travers l'armée, la justice et la police. Dans le cadre de la sociologie de Weber, la souveraineté résulte de la capacité de l’État à travers son appareil administratif à s’emparer du monopole de la violence physique et symbolique.

Certains courants de la sociologie insistent sur le fait que l’État dispose également d’une capacité à exercer une violence symbolique sur ses citoyens, ce que Pierre Bourdieu a appelé la « magie d’État ». Cette notion renvoie à la capacité de l’État de catégoriser ses citoyens, grâce à un nom au travers de l’état civil ou un numéro d’immatriculation (comme le numéro de sécurité sociale en France), ou par ses tribunaux en les déclarant coupables ou innocents.

  • Match de foot

    Du  03/30/2017  au  03/31/2017
    • Commence à : 10h30
    • Fini à : 14h30
    Le football /futbol/ (dans la langue orale, par apocope, le foot), ou soccer /sɔkœʁ/ (en Amérique du Nord), est un sport collectif qui se joue principalement au pied
  • Match de tennis

     le  03/17/2017
    • Commence à : 14h00
    • Fini à : 18h30
    Le tennis est un sport de raquette qui oppose soit deux joueurs (on parle alors de jeu en simple) soit quatre joueurs qui forment deux équipes de deux (on parle alors de jeu en double). Les joueurs utilisent une raquette cordée verticalement et horizontalement à une tension variant avec la puissance ou l'effet que l'on veut obtenir.

Le chignon

Le chignon est une coiffure signifiant littéralement cheveux longs retroussés vers l'arrière1. Cette coiffure est répandue sous des formes très diverses, accompagnée ou non d'accessoires. Aujourd'hui principalement portée par les femmes, cette coiffure est arborée par les hommes dans certaines traditions asiatiques et musulmanes. Enfin, comme la plupart des coiffures féminines, son évolution au fil des modes est étroitement liée avec celle des chapeaux et des boucles d'oreilles.

    Blog 4 blog 4 Blog 4 blog 4 Blog 4 blog 4 Blog 4 blog 4 Blog 4 blog 4 Blog 4 blog 4 Blog 4 blog 4 Blog 4 blog 4 Blog 4 blog 4 Blog 4 blog 4 Blog 4 blog 4 Blog 4 blog 4 Blog 4 blog 4 Blog 4 blog 4 Blog 4 blog 4 Blog 4 blog 4 Blog 4 blog 4

    Page 2 colonnes GAUCHE agrégée

    (The Seasons en anglais) est un ouvrage en vers de James Thomson (1700-1748). Publié chez John Millan en 1730, il a fait ensuite l'objet de plusieurs modifications parues successivement en 1744 et en 1746 sous les auspices d'Andrew Millar et G. Strahan ou encore de Robert Bell. Il se compose de quatre poèmes consacrés aux différentes saisons de l'année ; le premier, L'Hiver, écrit en avril 1726, est suivi de L'Été en février 1727, Le Printemps en 1728 et L'Automne en 1730.

    René Descartes,

    né le 31 mars 1596 à La Haye-en-Touraine, aujourd'hui Descartes (Indre-et-Loire), et mort le 11 février 1650 à Stockholm, est un mathématicien, physicien et philosophe français.

    Il est considéré comme l’un des fondateurs de la philosophie moderne1. Il reste célèbre pour avoir exprimé dans son Discours de la méthode le cogiton 1 — « Je pense, donc je suis » — fondant ainsi le système des sciences sur le sujet connaissant face au monde qu'il se représente. En physique, il a apporté une contribution à l’optique et est considéré comme l'un des fondateurs du mécanisme. En mathématiques, il est à l’origine de la géométrie analytique3. Certaines de ses théories ont par la suite été contestées (théorie de l’animal-machine) ou abandonnées (théorie des tourbillons ou des esprits animaux). Sa pensée a pu être rapprochée de la peinture de Nicolas Poussin4 pour son caractère clair et ordonné. Le cogito marque la naissance de la subjectivité moderne.

    Sa méthode scientifique, exposée à partir de 1628 dans les Règles pour la direction de l'esprit, puis dans le Discours de la méthode en 1637, affirme constamment une rupture par rapport à la scolastique enseignée dans l'Université. Le Discours de la méthode s'ouvre sur une remarque proverbiale « Le bon sens est la chose du monde la mieux partagée5 » pour insister davantage sur l'importance d'en bien user au moyen d'une méthode qui nous préserve, autant que faire se peut, de l'erreur. Elle se caractérise par sa simplicité et prétend rompre avec les interminables raisonnements scolastiques. Elle s’inspire de la méthode mathématique, cherchant à remplacer la syllogistique aristotélicienne utilisée au Moyen Âge depuis le XIIIe siècle6.